payfit logo

Quelles sont les règles relatives à la répondre à une contestation d'un avertissement de travail par l'employeur ?

Cristina Sanchez
Mise à jour le 22 mai 2023

Le pouvoir de direction de l'employeur lui permet de sanctionner les salariés fautifs dans l'entreprise. 

Toutefois, les salariés peuvent contester les sanctions disciplinaires qui leur sont imposées sur plusieurs fondements. Logiquement, un employeur peut donner plusieurs suites à cette contestation, qui est particulièrement fréquente en matière d'avertissement de travail

La réponse de l'employeur à la contestation de l'avertissement n'est pas encadrée par une procédure spécifique, et va dépendre du contexte de la sanction. 

Quel type de sanction est l'avertissement de travail ? Le salarié peut-il contester cette sanction ? En quoi consiste la réponse de l'employeur à la contestation de l'avertissement ? PayFit vous explique.

Qu'est ce qu'un avertissement de travail ?

L'avertissement est une sanction disciplinaire prévue par le Code du travail. Toute sanction doit être proportionnelle à la faute commise par le salarié. L'avertissement est la sanction prévue pour les fautes simples, de sorte que la procédure disciplinaire est simplifiée.

Cela veut dire qu’en principe, l'avertissement n'est pas soumis à la formalité de l'entretien préalable de la procédure disciplinaire. Le règlement intérieur d'une entreprise peut toutefois prévoir une procédure particulière. La tenue d'un entretien préalable est toutefois fortement recommandée avant de mettre un avertissement au salarié.

L'avertissement prend la forme d'un rappel à l'ordre écrit. Il est donc toujours notifié par une lettre d'avertissement que l'employeur doit envoyer au salarié, au plus tard deux mois après avoir pris connaissance des faits fautifs.

💡 Bon à savoir : en cas d'entretien préalable, cette lettre devra être expédiée maximum un mois suivant le jour de l'entretien.

En principe, un avertissement de travail vise à corriger une faute simple, et n'a donc pas d'incidence sur :

  • la présence du salarié dans l'entreprise ;

  • sa fonction ;

  • sa carrière ;

  • sa rémunération.

Peut-on contester un avertissement ? 

Un avertissement est avant tout une sanction disciplinaire. Comme elle va figurer dans le dossier du salarié, et qu'elle peut servir à justifier une sanction plus grave à l'avenir, elle peut être contestée.

D'après le Code du travail, le salarié peut contester sa sanction :

  • auprès de l'employeur directement ;

  • devant le juge, qui a le pouvoir de contrôle sur la mise en œuvre par l'employeur des sanctions disciplinaires.

Le salarié sanctionné peut demander l'annulation de la sanction sur essentiellement deux bases :

  • le non-respect de la procédure (ce qui est rare parce que l'avertissement se résume à l'envoi d'une lettre d'avertissement dans la plupart des cas) ;

  • le bien-fondé de la sanction (soit elle est disproportionnée, soit elle est injustifiée).

Le Conseil de Prud'hommes prend une décision sur la base des preuves apportées par l'employeur et le salarié. Toutefois, il ne peut pas modifier l'avertissement : il ne peut que annuler ou confirmer la sanction.  À la place de l'annulation, les juges peuvent préférer octroyer au salarié une compensation financière pour le préjudice subi du fait de la sanction.

💡 Bon à savoir : comme pour toute autre sanction disciplinaire à l'exception du licenciement, la contestation porte sur l'exécution du contrat de travail. Le salarié a donc 2 ans à compter de la notification de son avertissement pour le contester en justice.

Quelle peut être la réponse de l'employeur à une contestation d'avertissement ? 

En principe, le salarié cherche toujours à contester son avertissement auprès de l'employeur avant de faire appel à un juge.

Pour rappel, la contestation du salarié prend généralement la forme d'une lettre recommandée ou soit il conteste les griefs de la lettre d'avertissement, soit il relève les vices de procédure lors de la notification de la sanction. 

La réponse de l'employeur à la contestation d'avertissement se réduit à deux options :

  • soit il annule la sanction ;

  • soit il confirme l'avertissement disciplinaire.

En cas de vice de procédure avéré, la réponse de l'employeur à la contestation de l'avertissement sera favorable, et entraînera l'annulation de la sanction

En cas de contestation portant sur le bien-fondé de la sanction, c'est-à-dire sur les faits fautifs en eux-mêmes, la réponse est plus nuancée, et va dépendre du cas d'espèce.

Quel est l'impact de la réponse de l'employeur à la contestation de l'avertissement ?

L'impact de la réponse de l'employeur à la contestation de l'avertissement dépend logiquement de la nature de la réponse :

  • annulation de l'avertissement suite à la contestation : l'employeur reconnaît que les faits commis par le salarié n'étaient pas fautifs ou que ce dernier a déjà été sanctionné pour les mêmes faits, aucune sanction mineure ne peut être proposée à la place ;

⚠️ Attention : l'annulation d'un avertissement peut avoir un impact négatif sur le climat social de l'entreprise et remettre en cause la crédibilité de l’employeur

  • maintien de l'avertissement : le salarié peut toujours saisir le conseil des prud'hommes. Le juge examinera au les éléments de preuve fournis par l'employeur et le salarié.

Envie de gagner du temps sur la paie ?
Pour aller plus loin…

Prévoyance d’entreprise : obligations et fonctionnement

Lire l’article

Mutuelle obligatoire d’entreprise : obligations et participation

Lire l’article

Déclarer la TVA : le mode d’emploi

Lire l’article

Démission pour création d'entreprise : conditions et conseils

Lire l’article

Abandon de poste et chômage : droit et procédures

Lire l’article

Être salarié de son entreprise : règles à connaître

Lire l’article