Quelles sont les dispositions de la convention collective des prestataires de services en matière de maladie ?

Seheno Randriamanantena
Mise à jour le 30 janvier 2024

En cas d’arrêt maladie, le salarié ne perçoit pas, en principe, de salaire. Des indemnités journalières lui sont versées. Toutefois, une convention collective peut prévoir le versement d’un pourcentage appliqué au salaire brut mensuel.

C'est le cas de la convention collective des prestataires de services, sur l’arrêt maladie, prévoit une indemnisation complémentaire.

Qu’est-ce que l’arrêt maladie ? Que prévoit la convention collective des prestataires de services sur l’indemnisation des salariés ? Quels sont les montants à verser pour les employés, les techniciens et les agents de maîtrise ainsi que les cadres ? PayFit vous répond.

Qu’est-ce que l’arrêt maladie ?

Un arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin à un salarié malade. Le salarié a l'obligation de transmettre le troisième volet de son arrêt maladie à l’employeur dans les 24 heures suivant sa prescription. 

Dès lors que l’employeur reçoit le troisième volet, ce dernier doit établir une attestation de salaire destinée à la Caisse primaire d’assurance maladie, en complétant notamment les champs suivants :

  • identification de l’employeur : nom/dénomination , adresse, numéro SIRET ;

  • identification de l’assuré (salarié) : numéro d’immatriculation, nom, etc. ;

  • informations sur l’arrêt de travail (début, date de reprise anticipée, etc.) ;

  • salaire de référence.

La CNN des prestataires de services prévoit-elle une indemnisation complémentaire en cas de maladie ?

Lorsque le salarié est en arrêt de travail, il perçoit une indemnisation de la part de la sécurité sociale, des indemnités journalières. En parallèle, la convention collective des prestataires de services prévoit le maintien de salaire des salariés en arrêt maladie sous réserve de remplir certaines conditions.

Que prévoit la CCN des prestataires de services sur les ETAM en cas de maladie ?

Pour les employés, les techniciens et agents de maîtrise, le montant de l’indemnisation complémentaire dépend :

  • de l’ancienneté du salarié qui s’apprécie au premier jour d’absence ;

  • du nombre de jours d’absence.

💡 Bon à savoir : pour connaître le salaire brut, il apparaît utile de se référer à la grille de classification des salaires de la convention des prestataires de services.

Vous trouverez ci-dessous les montants du maintien de salaire :

Nombre d’années d’ancienneté du salarié d’une entreprise prestataires de servicesDébut du versement du montant du maintien de salaire en cas d’arrêt maladie simpleMontant du maintien de salaire à verser au salarié pendant 30 joursMontant du maintien de salaire à verser au salarié pendant 30 jours suivants
1 à 3 ansÀ compter du 8ème jour90 % de la rémunération brute75 % de la rémunération brute
Plus de 3 ans et moins de 8 ansÀ compter du 8ème jour100 % de la rémunération brute80 % de la rémunération brute

À partir de la huitième année d’ancienneté, la durée de l’indemnisation augmente de 10 jours par période de 5 ans d’ancienneté, sans pouvoir dépasser 90 jours au total :

Par exemple, entre 8 ans d’ancienneté et 13 ans d’ancienneté, le salarié percevra :

  • 100 % du salaire brut pendant 40 jours (30 jours +10 jours) ;

  • 80 % du salaire brut pendant 40 jours (30 jours +10 jours). 

Que dit la CCN des prestataires de services sur les cadres en cas de maladie ?

En ce qui concerne les cadres, le maintien de salaire correspond aux pourcentages suivants.

Nombre d’années d’ancienneté du cadre d’une entreprise prestataires de servicesDébut du versement du montant du maintien de salaire en cas d’arrêt maladie simpleMontant du maintien de salaire à verser au salariéMontant du maintien de salaire à verser au salarié
1 à 3 ansÀ compter du 1er jour90 % de la rémunération brute pendant 60 jours75 % de la rémunération brute pendant les 30 jours suivants
Plus de 3 ans à moins de 8 ansÀ compter du 1er jour90 % de la rémunération brute pendant 120 jours8 0% de la rémunération brute les 30 jours suivants
8 ans à moins de 12 ansÀ compter du 1er jour90 % de la rémunération brute pendant 150 jours80 % de la rémunération brute pendant 60 jours
Au-delà de 12 ansÀ compter du 1er jour90 % de la rémunération brute pendant 180 jours80 % de la rémunération brute pendant 90 jours
Envie de gagner du temps sur la paie ?
Pour aller plus loin..

Indicateurs de performance : mesures et interprétations

Lire l’article

Rendez-vous de liaison : modalités et conseils

Lire l’article

Attestation de salaire pour accident de travail : tout savoir

Lire l’article

Top 5 des meilleurs comptes pro en ligne en 2024

Lire l’article

SIRH : définition et avantages

Lire l’article

Conseil RH : stratégie et performance

Lire l’article