Comment mettre en place un processus de mobilité interne ?

hero image

Inès Lazaar

Juriste Rédacteur en Droit social

Mise à jour le 29.07.2022

Pour une bonne gestion de vos salariés, il est important de veiller à leur épanouissement professionnel ainsi qu’à l’évolution de leur carrière. Cela peut notamment se faire grâce à un processus de mobilité interne

La mobilité interne est un outil permettant de fidéliser et développer les compétences de vos employés. 

Pourquoi mettre en place un processus de mobilité interne ? Comment repérer ses besoins de mobilité interne ? Comment construire sa stratégie ? PayFit vous éclaire. 

Sommaire

Pourquoi mettre en place un processus de mobilité interne ? 

La mobilité interne est un dispositif permettant à tous les salariés d’une entreprise de changer de poste ou d’évoluer professionnellement au sein de l’entreprise. 

La mise en place d’un processus de mobilité interne dans l’entreprise comporte différents avantages à la fois pour l’entreprise et le salarié. Il permet notamment de réduire les coûts de recrutement grâce à la réduction du temps d’intégration du salarié, de développer les talents de ses salariés conduisant ainsi à les fidéliser et à valoriser sa marque employeur

Pour le salarié, ce processus favorise son évolution et son épanouissement professionnel ainsi que le développement de ses compétences. 

Comment repérer ses besoins de mobilité interne ?

Les besoins en mobilité interne d’une entreprise peuvent se révéler de plusieurs manières. 

Tout d’abord, lors d’un entretien annuel ou de l’entretien professionnel, un salarié peut énoncer son envie de changer de poste ou bien d’évoluer dans ses fonctions. 

À ce titre, ces entretiens sont un bon moyen de recueillir les souhaits des salariés, de détecter leurs besoins en formation ou bien de découvrir leur souhait de reconversion professionnelle

Ensuite, l’outil de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (outil GPEC) peut également permettre de repérer les besoins de mobilité interne.

Cet outil permet d’adapter les emplois, les effectifs ainsi que les compétences aux exigences issus de la stratégie des entreprises. Il a pour finalité de déterminer les actions à mettre en place pour faire face aux évolutions d’effectifs tout en répondant aux besoins de l’entreprise. 

Certaines entreprises disposent également d’un outil d’évaluation de la performance et de détection des potentiels de l’entreprise qui permettra de repérer les besoins en mobilité interne.

Comment construire sa stratégie de mobilité interne ? 

Afin que le processus de mobilité interne de votre entreprise soit une réussite, il est important de déterminer une stratégie précise et structurée

Étape 1 : Définir le processus interne 

Il est important de définir le processus de mobilité interne en amont de sa mise en place. 

Cela va passer par la détermination des différents types de mobilité interne que vous voulez proposer à vos salariés, à savoir mobilité verticale, mobilité horizontale ou mobilité géographique. 

Vous pouvez également définir les critères d’éligibilité à la mobilité interne ou déterminer quels sont les postes susceptibles d’être ouverts à la mobilité interne. 

Enfin, il sera important de prévoir les modalités de mise en œuvre du processus mobilité interne, par exemple, les modalités de diffusion de l’annonce, la mise en place d’un entretien de mobilité ou encore les critères de sélection. 

Ces modalités pourront notamment être transcrites dans une charte de mobilité interne afin que tous les salariés soient informés de la politique de mobilité. 

Étape 2 : Impliquer les managers

Les managers sont en première ligne pour connaître vos salariés et leur souhait de mobilité professionnelle. Par conséquent, il est important de les impliquer et de les mettre au courant du processus de mobilité

Étape 3 : Communiquer sur les postes 

Afin de réussir la mise en place du processus de mobilité interne, il est primordial d’informer les salariés

Il faudra choisir un moyen de diffusion des offres d’emploi afin que tous les salariés soient au courant de l’ouverture d’un poste au sein de l’entreprise. Cela pourra se faire, par exemple, sur un espace web dédié à vos salariés ou bien sur la messagerie interne de l’entreprise.

Il est également important de les alerter régulièrement sur les différents postes ouverts au recrutement afin de s’assurer que chaque salarié a eu connaissance de l’information. 

Il peut être judicieux d’intégrer la mobilité interne dans les trames des entretiens d’évaluation et professionnels afin de cibler précisément les envies de vos salariés. 

PayFit vous propose notamment gratuitement des trames d’entretiens dans sa boîte à outils. Vous pouvez ainsi adapter les exemples à la situation et aux besoins de votre entreprise.

Étape 4 : Suivre le salarié dans son nouveau poste

Enfin, pour un bon processus de mobilité interne, il est important de suivre le salarié après son recrutement

Malgré qu’il connaisse les valeurs de l’entreprise et qu’il correspond aux exigences du poste, il peut être judicieux d’organiser son suivi dans les premiers mois suivant le changement de poste

Cela peut se faire par la programmation de plusieurs points de suivi entre le manager et le salarié, mais également entre le service des ressources humaines et le salarié. 

Vous pouvez également lui proposer des formations internes personnalisées, adapter son onboarding, organiser des réunions d’équipe afin de veiller à son intégration. 

Bon à savoir

Si la période probatoire du salarié s’avère insatisfaisante, le salarié pourra retrouver son poste antérieur.

Envie de gagner du temps sur la paie ?

Pour aller plus loin...

Tour d’horizon des augmentations de salaire 2022

Lire l’article

Augmentation de salaire : quelles obligations ?

Lire l’article

CUI-CIE : quels changements ?

Lire l’article

Fixation des salaires : définition et modalités de fixation

Lire l’article

Contrat de professionnalisation : quel salaire ?

Lire l’article

Grille de salaire : définition et construction

Lire l’article