Comment calculer le taux de rotation du personnel ?

Mina Donny
Mise à jour le 04 janvier 2024

Le taux de rotation du personnel, autrement appelé taux de turnover, est un indicateur RH qui définit de manière chiffrée le renouvellement de l’effectif d’une entreprise sur une année. Cet indicateur met en rapport les entrées de salariés dans l’entreprise et les sorties de salariés sur une année T. 

Le taux de rotation du personnel est un chiffre, par exemple 0.12. Multiplié par 100, ce chiffre devient un pourcentage, par exemple 12 %.

Quelle est l’utilité du taux de rotation du personnel ? Comment le calculer ? Comment interpréter son résultat ? Que faire pour l’améliorer ? PayFit vous explique. 

À quoi sert le taux de rotation du personnel ? 

Le taux de rotation du personnel est un indicateur important car il témoigne du climat social de l’entreprise

En effet, il permet d’avoir une idée chiffrée de la popularité d’une entreprise au travers du prisme du recrutement et des départs. Il met en lumière plusieurs phénomènes relatifs à la gestion du personnel et à la politique RH et sociale de l’entreprise : 

  • des vagues de départ importantes ; 

  • un recrutement massif ; 

  • une stagnation de l’effectif d’une entreprise avec un non-renouvellement des salariés.

En l'occurrence, si l’entreprise perd un nombre important de collaborateurs, cela s’en ressentira dans son taux de rotation et renvoie un message plutôt négatif

Pourquoi ? Parce qu’il n’est jamais très bon signe d’essuyer de nombreux départs de salariés. Cela peut s’expliquer de manière multiple : mauvaise ambiance, mauvais rapports hiérarchiques, salaires trop bas, entreprise en mauvaise posture économique, événement fâcheux survenu en interne, absence de bien-être au travail, pression, etc. 

Dans tous les cas, le signal renvoyé est très mauvais.

Faire en sorte d’avoir un bon taux de rotation du personnel en prenant les mesures nécessaires sera gage de réussite en interne et de bien-être au sein de l’entreprise et permettra assurément de recruter beaucoup plus facilement de nouveaux salariés

Comment calculer le taux de rotation du personnel ? 

Formule de calcul du taux de rotation du personnel 

La formule de calcul du taux de rotation du personnel (turnover) est la suivante : 

[( Nombre de départs sur l’année N + nombre d’arrivées sur l’année N) / 2 ] / Effectif au 1er janvier de l’année N. 

💡 Bon à savoir : pour obtenir le taux de rotation du personnel, le calcul nécessite de connaître l’effectif de l’entreprise. Pour cela, il faut savoir calculer l’effectif de l’entreprise

Exemple de calcul du taux de rotation du personnel

Au 1er janvier 2024, l’effectif d’une entreprise est de 312 salariés. Au cours de l’année 2024, l’entreprise enregistre 47 arrivées et 56 départs de salariés. 

Son taux de rotation est donc : [( 47 + 56) / 2 ] / 312 = 0.16, soit 16 %. 

En 2024, 16 % de l’effectif de l’entreprise s’est renouvelé. 

Comment interpréter le taux de rotation du personnel ? 

 Une fois que le calcul est effectué, le résultat ne parle pas à lui tout seul. Il est nécessaire d'interpréter le résultat pour en tirer des conclusions utiles et éventuellement génératrices de changements internes à l’entreprise :

  • lorsque le pourcentage est bas (proche de 0) : ce taux indique que l’effectif de l’entreprise ne s’est pas renouvelé, ou s’est très peu renouvelé durant l’année. En d’autres termes, il y a eu peu, voire pas de mouvements de personnel ;

  • lorsque le taux de rotation du personnel atteint un chiffre élevé, ce taux montre que l’effectif de l’entreprise s’est grandement renouvelé au cours de l’année

Ainsi, un taux de rotation du personnel optimal n’est pas forcément un taux qui se situe le plus proche possible de 0 ou le plus éloigné de 0

En effet, avoir un taux de rotation trop bas signifie que les effectifs se renouvellent peu, or les nouvelles générations de salariés ne restent plus aussi longtemps qu’avant dans une entreprise. Il est donc normal que les effectifs tournent un minimum et de manière plus récurrente qu’auparavant

À l’inverse, un taux de rotation du personnel trop élevé indique une forte instabilité salariale dans l’entreprise : beaucoup de salariés quittent l’entreprise, ce qui n’est pas un très bon signe s’agissant de la qualité de travail et du bien-être des salariés en interne. 

💡 Bon à savoir : un taux de rotation du personnel modéré témoigne d’une stabilité des mouvements de personnel en interne, tout en conservant un certain dynamisme. 

Toutefois, en réalité, un bon taux de rotation du personnel n’existe pas. Il est difficile en effet de donner un chiffre précis qui serait le taux optimal universel. Cela dépend considérablement de plusieurs paramètres : 

  • l’entreprise en elle-même ; 

  • sa phase de croissance ; 

  • son secteur d’activité ; 

  • les postes concernés ; 

  • la stratégie de l’entreprise ; 

  • le contexte des départs (volontaires ou à l’initiative de l’employeur) et des arrivées.

Par ailleurs, il est primordial de regarder l’évolution du taux de rotation du personnel d’année en année pour voir quelle est la tendance de l’entreprise à ce sujet. 

Comment améliorer son taux de rotation du personnel ? 

La rotation du personnel étant un indicateur clé de la santé sociale d’une entreprise, il peut être nécessaire d’apprendre à maîtriser son taux de rotation du personnel. 

Bien entendu, par “améliorer”, nous entendons “obtenir un taux de rotation du personnel modéré” qui reflète une quantité de départs raisonnables de l’entreprise et des recrutements contrôlés, à savoir un dynamisme mesuré dans les mouvements de salariés

Ainsi, pour obtenir un taux de turnover acceptable, l'employeur peut prendre les mesures nécessaires pour améliorer le climat social de l’entreprise de manière à fidéliser les salariés et attirer de nouveaux bons profils

  • améliorer le cadre de travail ; 

  • faire évoluer les salariés en interne ; 

  • communiquer ; 

  • responsabiliser les équipes ; 

  • offrir des avantages, des augmentations ;

  • former les salariés .

Envie de gagner du temps sur la paie ?
Pour aller plus loin..

Démission silencieuse : définition et tendance

Lire l’article

Calcul des congés payés : obligations et méthodes

Lire l’article

Congés payés non pris : obligations et indemnisation

Lire l’article

Présomption de démission : définition et procédure

Lire l’article

Congés exceptionnels sous Syntec : tout savoir

Lire l’article

Ecriture comptable : fondamentaux et pratiques

Lire l’article