En 2024, je réponds (ENFIN) à toutes mes questions sur les impôts

Manon Jaccod
Mise à jour le 16 avril 2024

Si comprendre votre fiche d’imposition vous parait aussi complexe que de résoudre l'énigme de l'Île de Pâques, en 2024, déclarer vos impôts pourrait devenir beaucoup plus simple ! En fin d'article, on vous partage le top des perles fiscales. Comptables canins, foyers hantés, attention tout est vrai !

Rien de nouveau à déclarer en 2024 ?

Dites adieu aux casse-têtes fiscaux : ne retenez que les points essentiels.

  • Nouveau seuil d'imposition : le seuil d'imposition est revalorisé à 11 295 €, augmentant de 4,8 %. 

  • Déclaration possible sur smartphone : en quelques clics, votre déclaration est prête. 

  • Mise à jour de vos infos : changement d'adresse ou de situation pour vos enfants étudiants ? N'attendez pas pour mettre à jour ces infos obligatoires. 

  • Micro-entrepreneurs et locations courtes : les revenus issus de la location via Airbnb ou Booking sont désormais soumis à un seuil de 15 000 €, une période de tolérance est prévue cette année. 

  • Donner fait encore plus de bien : profitez d'une réduction d'impôt de 75 % pour certains dons, et jusqu'à 66 % pour les dons soutenant l'égalité femmes-hommes.

Avant de plonger la tête la première dans votre déclaration, prenez un moment pour rassembler les infos clés : revenus, dépenses éligibles à des déductions, et bien sûr, tous les justificatifs nécessaires.

Dans votre bulletin de salaire PayFit de décembre 2023, le montant à déclarer sera clairement indiqué à cet endroit :

bulletin de paie

Les 5 erreurs que je ne ferai plus

Alerte aux faux pas : pour éviter les scénarios catastrophe dignes d'un film de série B, une vérification rapide peut souvent vous épargner des erreurs administratives. Voici le top des erreurs à ne plus commettre.

Erreur #1 : ne pas corriger les erreurs dans sa déclaration de revenus pré-remplie

Vérifiez chaque ligne, chaque virgule. Les données pré-remplies sont pratiques, mais elles ne sont pas à l'abri d'une coquille ou deux.

Erreur #2 : ne pas actualiser régulièrement son taux de prélèvement à la source

Gardez votre taux de prélèvement à la page, comme votre photo LinkedIn (ou Tinder !). Ne pas le mettre à jour après un grand événement (mariage, pacs, naissance...) c'est risquer une surprise fiscale peu plaisante.

Erreur #3 : faire sa déclaration à la dernière minute

La précipitation mène à l'erreur, et la procrastination n'a jamais été un bon conseiller fiscal. Commencez tôt et avancez pas à pas.

Erreur #4 : ignorer les déductions et crédits d'impôt disponibles

C'est comme passer à côté d'une invitation de Willy Wonka. Que ce soit pour des travaux d'économie d'énergie, la garde d'enfants ou les dons aux associations, chaque crédit d'impôt non réclamé est un ticket doré gaspillé.

Erreur #5 : ne pas conserver les justificatifs nécessaires

Sans vos justificatifs, comment prouver votre bonne foi en cas de contrôle ? Gardez-les précieusement, au moins pendant les trois ans requis.

Et pour les parents ? 

Quand vous jonglez entre vie de famille et déclaration d'impôts, certains pièges sont à éviter. 

  • Les petits boulots de vos enfants ne sont pas à négliger, leurs revenus doivent être déclarés, mais ils bénéficient souvent d'exonérations.

  • Les frais liés à la scolarité, aux activités périscolaires et à la garde d’enfants peuvent parfois être déductibles. 

  • En cas de divorce, assurez-vous que la répartition fiscale des enfants est bien définie avec votre ex-conjoint, par exemple, la pension alimentaire est considérée comme une ressource et doit être déclarée. 

  • Si vous élevez seul(e) vos enfants, ne passez pas à côté de la case T de votre déclaration, elle ouvre droit à une demi-part fiscale supplémentaire, allégeant ainsi votre imposition.

En 2024, être à jour avec ses impôts pourrait bien devenir (presque) aussi agréable que de suivre votre série préférée. Bon, on a dit "presque"…

Le dico des impôts

TMI, CSG, CRDS, IR, ces acronymes, qui semblent sortir tout droit d'une série d'espionnage, sont en réalité facile à comprendre.

TMI (Tranche Marginale d'Imposition) : le taux le plus élevé appliqué à votre dernière tranche de revenu. Il détermine combien vous payez sur le dernier euro gagné.

CSG (Contribution Sociale Généralisée) : un prélèvement sur vos revenus pour financer la protection sociale. Tout le monde y contribue.

CRDS (Contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale) : c'est un prélèvement destiné à aider à réduire la dette des systèmes de protection sociale.

IR (Impôt sur le Revenu) : ce que vous payez sur vos revenus. Il varie selon votre situation et vos revenus.

Les dates à entourer de rouge

  • 11 avril 2024 : lancement de la déclaration en ligne

  • Fin mai / début juin : clôture des déclarations en ligne, variable selon votre département (voir le tableau ci-dessous)

Départements n°01 à 19 (zone 1) et non-résidents23 mai 2024
Départements n°20 à 54 (zone 2)30 mai 2024
Départements n°55 à 976 (zone 3)6 juin 2024
  • Fin juillet / début août : remboursement de l'impôt 2024 sur les revenus 2023 

  • Début août : ouverture du service de correction en ligne 

  • 1er septembre : mise à jour du taux de prélèvement à la source 

  • 21 septembre : date limite de paiement du solde de l'impôt sur le revenu 

  • 20 octobre : paiement de la taxe foncière pour les propriétaires 

  • 15 novembre : échéance pour la taxe d'habitation

Comptables canins et foyers hantés : les perles fiscales

Parce que rire de ses erreurs (et de celles des autres) est le premier pas vers le pardon fiscal. Voici quelques gaffes les plus incroyables qui ont fait sourire (jaune) l'administration fiscale.

🐾 Assistants comptables à quatre pattes : un contribuable a tenté de déclarer son chien comme assistant comptable. Une initiative "woufement" audacieuse !

🦸‍♂️ Super-héros des temps modernes : un cadre en gestion des risques a tenté de déclarer sa "cape de super-héros" comme équipement professionnel essentiel.

👻 Foyer hanté, charges augmentées : un fantôme comme personne à charge ? C'est ce qu'a déclaré un foyer, invoquant une consommation électrique nocturne étrangement élevée.

Voyageur temporel en herbe : et si on pouvait déduire les coûts d'une machine à remonter le temps ? Une idée qui aurait sa place dans un roman de science-fiction, mais pas dans nos formulaires fiscaux.

Bien que l'audace de certains puisse prêter à sourire, elle souligne l'importance de garder les pieds sur terre quand il s'agit de nos obligations fiscales. À vous le verdict : quel coup de génie fiscal mérite le trophée de l'originalité ?

Envie de gagner du temps sur la paie ?
Pour aller plus loin...

Statut d’assimilé salarié : tout ce qu’il faut savoir

Lire l’article

Définition de la SASU : les clés pour bien comprendre

Lire l’article

Bulletin de salaire rectificatif : les démarches

Lire l’article

Bulletin de paie : on vous dit tout, même ce qui fâche

Lire l’article

Créer une micro-entreprise : tout ce que vous devez savoir

Lire l’article

Prêts création d'entreprise : les aides et financements à connaître

Lire l’article