payfit logo

Comment déposer son capital social en toute simplicité ?

Article écrit par Qonto
Mise à jour le 12 juillet 2023

Ça y est, vous avez la bonne idée, un business plan qui tient la route et vous vous lancez dans l’aventure entrepreneuriale. Il est maintenant temps d’entamer les démarches administratives. Et si vous choisissez l’une des formes juridiques suivantes, le dépôt de capital social fera partie des étapes indispensables :

  • une SARL (société à responsabilité limitée) ;

  • une EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) ;

  • une SAS ou une SASU (société par actions simplifiée/unipersonnelle) ;

  • une SA (société anonyme) ;

💡 Bon à savoir : pour une EIRL, (entreprise individuelle à responsabilité limitée), le dépôt n’est pas obligatoire.

Voici tout ce que vous devez savoir pour déposer votre capital social sereinement.

Le dépôt de capital : de quoi parle-t-on ?

Le dépôt de capital social sert à doter l’entreprise en ressources, qui lui permettront de croître. Celui-ci peut comprendre deux types d’apports : l’apport « numéraire » ou « en nature ». 

  • l’apport numéraire est financier (argent liquide, actions d’autres entreprises, etc.) ;

  • l’apport en nature correspond, quant à lui, à tout bien matériel ou immatériel (machines, brevets, locaux, etc.) dont la valeur pécuniaire peut être évaluée facilement.

Il s’agit pour le fondateur ou les futurs associés de déposer une somme d’argent (il existe des montants minimaux en fonction de la forme juridique) sur un compte bloqué. Ce dépôt peut se faire dans une banque traditionnelle, une néobanque en ligne, la caisse des dépôts et consignation, ou auprès d’un notaire. Vous pouvez réaliser ce dépôt en espèce ou par chèque mais le plus simple reste de le faire par virement.

Vous recevrez ensuite une attestation de dépôt de capital, nécessaire pour enregistrer votre société au Registre des Commerces et Sociétés (RCS). Ce document permet également de fixer l’équilibre des pouvoirs au sein de l’entreprise. Un associé qui aura apporté 70 % du capital aura une quantité de parts supérieure et donc un droit de vote plus important que celui qui n’a apporté que 30 % du capital. 

Les 3 étapes du dépôt de capital social

Étape 1 : Réunir le montant adéquat

Le montant minimum requis pour le capital social varie en fonction du statut juridique de votre société. La somme s’élève à un euro pour les SARL, SAS, SNC, SASU ou EURL alors que dans le cas d’une SA, il faut pouvoir apporter au moins 37 000 €. 

💡 Bon à savoir : vous pouvez choisir d’échelonner le paiement du capital social sur cinq ans (maximum). Un montant de départ reste cependant exigé (équivalant à 20 % du total pour une SARL ou une EURL, et 50 % dans le cas d’une SAS, d’une SASU ou d’une SA). 

Étape 2 : Déposer le capital social

Nous vous le disions plus haut, le dépôt de capital social en argent peut se faire de plusieurs manières : en espèces, par chèque ou par virement. 

Dans tous les cas, les informations et documents suivants vous seront demandés le moment venu : 

  • les informations de votre future entreprise (le nom, l’adresse, etc.) ;

  • un exemplaire des projets de statuts ;

  • la liste des souscripteurs ;

  • une pièce d'identité en cours de validité pour chacun des associés/créanciers. 

Étape 3 : Obtenir l’attestation de dépôt. 

Une fois le versement effectué, vous recevrez une attestation reprenant :

  • le nom de votre société ;

  • l'adresse du siège social ;

  • la somme totale du capital versée ;

  • un décompte détaillé de la somme versée par chaque associé. 

Ce document vous permet d’immatriculer officiellement votre entreprise au Registre du Commerce et des Sociétés. Vous récupérerez alors un extrait Kbis, précieux sésame qui va vous servir notamment à débloquer vos fonds et les utiliser pour le démarrage de votre activité.

Envie de gagner du temps sur la paie ?
Pour aller plus loin..

Prévoyance d’entreprise : obligations et fonctionnement

Lire l’article

Mutuelle obligatoire d’entreprise : obligations et participation

Lire l’article

Déclarer la TVA : le mode d’emploi

Lire l’article

Démission pour création d'entreprise : conditions et conseils

Lire l’article

Abandon de poste et chômage : droit et procédures

Lire l’article

Être salarié de son entreprise : règles à connaître

Lire l’article