modele bulletin paie arret maladie

Modèle de fiche de paie arrêt maladie vierge (excel)

Téléchargez dès maintenant notre exemple de fiche de paie pour arrêt maladie au format excel. Profitez-en, ce modèle de fiche de paie est gratuit.

Remplissez ce formulaire pour recevoir notre modèle :

Quand faut-il émettre un bulletin de salaire ?

En tant qu'employeur, il est obligatoire d'émettre un bulletin de salaire tous les mois pour l'ensemble de ses salariés, quelles que soient les modalités de leur contrat de travail. Malgré la suspension du contrat de travail, la remise d'un bulletin de paie en l'arrêt maladie doit également être assurée.

Utiliser un modèle de bulletin de salaire: bonne idée ?

Il n'est pas toujours simple de savoir comment si prendre pour faire une fiche de paie. Dès lors il peut être intéressant de se tourner vers un modèle de bulletin de paie pour visualiser les mentions à inscrire et les étapes à respecter. En revanche il ne faut pas oublier que se servir uniquement d'un modèle de bulletin de salaire peut s'avérer dangereux car ces derniers restent génériques et ne s'adaptent pas aux particularités de chacun de vos salariés.

Que contient notre modèle de bulletin de salaire en arrêt maladie ?

Notre modèle de bulletin de salaire contient la plupart des grandes mentions obligatoires d'une fiche de paie. Par ailleurs, le contenu du bulletin de salaire en arrêt maladie va dépendre du montant et des modalités de l’indemnisation de l’arrêt maladie. Premièrement, le temps d’absence du salarié se traduit par une ligne "retenue pour maladie" dans la rubrique de la rémunération brute. Le motif de l’absence, c'est-à-dire la maladie, doit obligatoirement être précisé dans la ligne de déduction du salaire.

Par ailleurs, le salaire en arrêt maladie n’est pas versé. Cependant, l’employé arrêté peut bénéficier de deux types de revenus de remplacement :

  • les indemnités journalières de la sécurité sociales ou IJSS versées par la CPAM ;
  • une indemnité complémentaire ou "maintien de salaire" versé par l’employeur.

Le bulletin de salaire en arrêt maladie doit donc intégrer à la fois la déduction de salaire pour les jours d’absence et les éventuelles indemnités, légales ou complémentaires.

💡 Bon à savoir - le jour où l'arrêt est survenu est intégralement payé par l’employeur. Il faut attendre un délai de carence en arrêt maladie de 3 jours avant de percevoir les indemnités.

Quelles hypothèses de versement en arrêt maladie ?

Pour recevoir des indemnités journalières de la CPAM, le salarié doit remplir certaines conditions d’attribution. Il s’agit d’un certain nombre d’heures de travail et d’un seuil de cotisations. S’il a droit aux indemnités, deux hypothèses de versement sont possibles, soit :

  • la CPAM les verse directement au salarié ;
  • la CPAM les verse à l'employeur, qui les reverse à son tour au salarié (avec un complément d’indemnité éventuellement) : on parle de subrogation.

En fonction du type de versement (avec ou sans subrogation), le bulletin de salaire en arrêt maladie contiendra des mentions différentes. Dans ce modèle, vous pouvez désormais identifier les mentions correspondantes au type de versement de votre choix.

Hypothèse 1: indemnités sans subrogation Si la CPAM verse les indemnités directement au salarié, le montant de ces IJSS n'apparaît pas sur le bulletin de salaire car l’employeur n’est pas à l’origine du versement. Sans subrogation, la seule modification apportée au bulletin de salaire en arrêt maladie est la retenue pour absence et éventuellement le complément de salaire si l’employeur en verse un. Attention, sans subrogation, si le salarié est absent pendant tout le mois et aucune obligation de maintien de salaire n’est prévue, le net à payer sera égal à 0 € sur le bulletin.

Hypothèse 2 : indemnités avec subrogation Si l'employeur choisit la subrogation et verse donc au salarié les indemnités journalières lui-même, elles doivent logiquement apparaître sur la fiche de paie de l’ arrêt maladie. Deux rubriques feront alors état du montant des indemnités versées :

  • la rubrique "rémunération brute" intégrera en plus de la "retenue absence maladie", une ligne de déduction du montant des IJSS brutes ;
  • la rubrique "indemnités non soumises" comprendra une nouvelle ligne qui intégrera le montant des IJSS nettes.

L'employeur a le choix entre calculer tout de suite le montant des IJSS et les avancer pour pouvoir les déduire du salaire de base le mois de l’absence ou attendre leur versement par la CPAM. Dans cette deuxième hypothèse, l’employeur calcule le montant brut des IJSS à partir du montant net qu’il perçoit de l’Assurance Maladie. Les IJSS sont soumises à la CSG et la CRDS, mais pas aux cotisations sociales. L’employeur n’a donc qu’à ajouter la CSG et la CRDS au montant qu’il à reçu de la CPAM pour obtenir le montant brut à faire figurer sur le bulletin de salaire. Cette addition figure sur le bulletin de salaire comme une ligne "garantie du net".